Voiture électrique

L'Université de Lille - Sciences et technologies est à la pointe de la recherche sur les mobilités durables. Au Laboratoire d’électrotechnique et d’électronique de puissance de Lille (L2EP), chercheurs et étudiants travaillent sur la gestion énergétique des véhicules électriques et hybrides. Cette recherche est à découvrir dans le cadre de l'exposition "Voiture électrique", présentée à l'Espace Culture du 15 mai au 16 juin, dans le cadre du cycle thématique d'Xperium, avec l'expérience "Véhicules électriques multi-sources - comment prolonger les performances des batteries".

La voiture électrique est-elle une innovation d'aujourd'hui ? Au XIXème et au début du XXème siècle, les systèmes de véhicules électriques ont constitué des concurrents sérieux aux modèles de véhicules à pétrole, avant que ces derniers ne s'imposent. Dans un contexte d'études et d'expérimentations autour de l'électricité et de ses applications, de riches industriels imaginent des prototypes propulsés par des batteries au zinc peu endurantes : carriole électrique d'Anderson, train miniature de Davenport, locomotive de Davidson…

L'alliance de différents métiers et compétences conduit à une série d'expérimentations et d'inventions qui permettent le premier essor de la voiture électrique.

Les images valent la peine d'être vues en grand ! Cliquez sur les flèches noires en haut à droite pour accéder au plein écran.

Pour faire défiler les diapos, cliquez sur les flèches blanches en bas à droite.

Pour consulter les sources, cliquez sur les images.

Dès le début du XXème siècle, la batterie atteint ses limites tandis que la vapeur reste populaire et maîtrisée et que le moteur à explosion est perfectionné. S'appuyant sur cette dernière technologie, Henry Ford commercialise la Ford T à un coût abordable (1908), faisant basculer l’automobile dans l'ère de la production en grande série. Après la première guerre mondiale, la découverte de pétrole, le prix bon marché des matériaux et son autonomie plus grande octroient la domination du marché à la voiture à essence.

Ce contexte porte un coup d'arrêt à l’aventure de la voiture électrique. En France, le véhicule électrique reste essentiellement cantonné à une petite production de camions et camionnettes construits par la firme SOVEL pour des usages de véhicules de voirie et de livraison. Abandonnée par les constructeurs, la voiture électrique ne fera que de brèves apparitions inattendues et isolées, notamment sous l'Occupation (1940-1944).

La voiture électrique réapparaît quand la prise de conscience environnementale (années 1960) et le choc pétrolier (1973) ouvrent la réflexion sur l’après-pétrole, les énergies renouvelables ou sur l’électricité d’origine nucléaire.

 

Sources (dans leur ordre d'apparition)

PLANTÉ Gaston. Recherches sur l'électricité : de 1859 à 1879. Paris: Gauthier-Villars, 1883.

SENCIER Gaston, DELASALLE A. Les automobiles électriques. Paris: Vve Ch. Dunod, 1901.

GUÉDON Pierre et Yves. Manuel pratique du conducteur d'automobiles. Paris: J. Fritsch, 1897.

Je sais tout, 1906, n°17.

PÉRISSÉ Lucien. Automobiles sur route. Paris: Gauthier-Villars, Masson, 1898.

 

A découvrir

L'exposition La Voiture électrique, du 15 mai au 16 juin 2017 à l'Espace Culture de l'Université - Lille Sciences et technologies

 

Bibliographie 

FLONNEAU, Mathieu et PASSALACQUA, Arnaud. Histoire des mobilités électriques, XIXe-XXIe siècles : puissance, résistances et tensions. Paris : CNRS éd., 2015

GARCON, Anne-Françoise. La voiture électrique dans La Nature (1890_1900). Approche micro-historique d'un échec technique. Cahiers François Viète [en ligne], 2003, pp.17-43. Disponible sur https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00003858 (consulté le 30/08/16)

GRISET, Pascal et LARROQUE, Dominique. L'odyssée du transport électrique. Paris : Cliomedia, 2006

 

Auteurs

Sophie Braun (responsable de la mission Patrimoine Scientifique, Université de Lille - Sciences et technologies), Marie-Madeleine Géroudet (responsable du service Bibliothèque numérique, LILLIAD, Université de Lille - Sciences et technologies), Jean- François Grevet (maître de conférences en Histoire contemporaine spécialiste de l'histoire automobile, Université d’Artois / ÉSPÉ Lille-Nord-de-France), Thierry Surin (assistant à la Mission Patrimoine Scientifique, Université de Lille- Sciences et technologies), Olivier Vermaut (administrateur d'IRIS, LILLIAD, Université de Lille - Sciences et technologies)

 

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 France.